La remise en question de l’agent de voyage par lui-même n’est pas encore suffisante selon Richard Vainopoulos

Parsophie

La remise en question de l’agent de voyage par lui-même n’est pas encore suffisante selon Richard Vainopoulos

Richard Vainopoulos, président de TourCom a donné son point de vue concernant le rôle des agences de voyages, la place du réceptif et des ventes de TO lors d’une entrevue qu’il a accordée à l’Echo touristique.

Les missions qui reviennent à l’agence de voyages du réseau TourCom

Selon Richard Vainopoulos, une agence a pour métier de vendre certes, mais doit miser sur la qualité de l’accueil et des services de manière à répondre aux attentes des clients. Chez TourCom, des agents sont disponibles en point de vente et d’autres se déplacent auprès des clients.

Quoi qu’il en soit, les agences du réseau sont plus spécialisées dans le sur mesure et des voyages spécifiques. Elles ont ainsi tout intérêt à concevoir et proposer des produits précis et à forte valeur ajoutée d’une part, et à favoriser la proximité avec la clientèle et les prospects. Cette proximité reste un domaine pour lequel chaque agent de voyage doit remettre en question ses méthodes d’approche.

Par ailleurs, en tant que « commerçant », il ne doit pas avoir peur de présenter ses offres telles qu’elles sont. Le prix élevé de prestations supplémentaires ne doit pas être un élément rébarbatif et qu’il doit savoir gérer avec assurance. TourCom organise régulièrement des ateliers et des formations pour permettre aux agents d’être plus efficaces dans leur métier.

Et la place tenue par le réceptif dans le réseau ?

Le réceptif fait partie des activités les plus rentables de TourCom avec environ 10% du pôle loisirs du réseau. À la différence de certains professionnels, TourCom peut se considérer comme un expert dans le domaine avec 80 réceptifs et des services personnalisés pour les devis, les achats de devises, les traductions et l’achat de billets d’avion à prix avantageux. Par ailleurs, TourCom propose une assistance efficace aux voyageurs en difficulté.

Actuellement, plus de 30% des agences membres du réseau maîtrisent le réceptif tandis que plus de 30% commencent à suivre le mouvement. Le système étant assez long à assimiler, le dernier tiers reste sagement en arrière. Et Richard Vainopoulos précise que le rythme de croisière de TourCom dans le réceptif sera de 100 millions d’euros.

À propos de l’auteur

sophie contributor

Laisser un commentaire

Share This

Share This

Share this post with your friends!