Principe de ramonage de cheminée

ParNath

Principe de ramonage de cheminée

L’utilisation d’une cheminée est aujourd’hui, comme auparavant d’ailleurs, une nécessité pour chaque foyer. En effet, elle n’est pas seulement un élément décoratif dans une pièce mais apporte la chaleur dont on a besoin pendant les périodes hivernaux. Cet appareil demande néanmoins un entretien particulier pour pouvoir fonctionner comme il se doit et pour se prémunir des différents dangers qui pourraient être causés par la combustion des buches. Pour se faire, il est recommandé, et souvent même obligé d’effectuer un ramonage de cheminée deux fois par an. Mais en quoi consiste-t-il et comment y procéder ? Voici la réponse.

En quoi consiste le ramonage de cheminé ?

Le ramonage de cheminé peut être considéré comme une simple option de nettoyage aux yeux des gens. Pourtant, il doit être vu comme une nécessité plus qu’autre chose. Il consiste à nettoyer les parois intérieures du conduit d’une cheminée en vue d’en décoller toutes sortes de résidus issus de son utilisation. Il peut s’agir des suies, des goudrons, des résines ou des bistres.

Cette opération est effectuée pour des raisons de sécurité et d’efficacité. En effet, le défaut de ramonage peut entrainer divers problèmes comme l’incendie et l’intoxication au monoxyde de carbone. C’est d’ailleurs pour cette raison qu’il fait partie des obligations de chaque utilisateur de cheminée qu’ils soient propriétaires ou locataires et qu’ils vivent seuls ou en copropriété.

Quel est le processus de ramonage ?

Il existe deux façons de procéder au ramonage de cheminée. Le ramonage manuel et le ramonage mécanique.

Le ramonage manuel utilise un outil appelé « hérisson ». Il s’effectue par le haut c’est-à-dire à l’extérieure de la maison en montant sur le toit. Ce procédé demande beaucoup de vigilance et de technique c’est pourquoi il est conseillé de faire appel à un professionnel expérimenté comme ce ramoneur en Hauts de Seine. En envoyant l’hérisson dans le conduit de la cheminée, ce dernier procèdera à un brossage en vue de décoller tous les résidus.

Le ramonage mécanique, aussi appelé ramonage chimique quant à luise pratique par le bas de la cheminée. C’est-à-dire à l’intérieur. Il consiste uniquement à faire bruler une buche ramoneur à la place d’une buche ordinaire et laisser faire la combustion. Cette dernière méthode peut s’avérer utile mais il n’aura pas le même impact que le ramonage manuel. Il a seulement pour objet de le compléter.

Quels sont les outils de ramonage ?

Il existe deux types d’outils indispensables à la réalisation d’un ramonage de cheminée. Le principal outil s’appelle un « hérisson ». Il s’agit d’un outil manuel en forme de tige sur lequel est surmontée une brosse. Il faut savoir que l’hérisson existe en différentes tailles et formes sur le marché afin de bien s’adapter à chaque type de cheminée. Il y en a, entre autres, des hérissons en acier inoxydable, en inox ondulé, en polyéthérétone, ou même en nylon.

En ce qui concerne la brosse, elle peut également revêtir différentes formes pouvant s’adapter parfaitement à chaque conduit. Elle peut être arrondie, rectangulaire ou encore carrée. Dans tous les cas, pour une meilleure efficacité, la longueur de l’hérisson devrait être réglable pour pouvoir atteindre tous les niveaux.

A part l’hérisson, il est également possible d’utiliser une buche dite « ramoneuse ». Elle est constituée de fibres de bois et sa combustion dégage des éléments chimiques pouvant nettoyer les angles et les coudes qui sont difficilement accessibles avec la tige. Elle peut être utilisée par un simple particulier en vue de compléter un ramonage manuel. Et puis, elle se vend entre 10 et 15 euros aussi bien dans les grandes surfaces que dans magasins de bricolage.

 

À propos de l’auteur

Nath author

Laisser un commentaire

Share This

Share This

Share this post with your friends!