Le ramonage de cheminée est une obligation légale. En effet, l’article 31-6 du Règlement Sanitaire Départemental Type (RSDT) stipule que : « Les conduits de fumée intérieurs ou extérieurs, fixes ou amovibles, utilisés pour l’évacuation des gaz de la combustion doivent être maintenus constamment en bon état d’entretien et de fonctionnement et ramonés périodiquement en vue d’assurer le bon fonctionnement des appareils et d’éviter les risques d’incendie et d’émanation de gaz nocifs dans l’habitation, ainsi que le rejet de particules dans l’atmosphère extérieure. » La question que l’on se pose surement est de savoir à quelle fréquence doit-on ramoner ? À qui incombe ce ramonage ? Et qui appeler pour faire le travail ?

La fréquence de ramonage

Le ramonage consiste à nettoyer par action mécanique directe la paroi intérieure du conduit de fumée afin d’en éliminer les suies et dépôts et d’assurer la propreté du conduit sur toute sa longueur.
Les textes exigent qu’il soit  fait périodiquement. Comme il n’y a pas de période préconisée spécialement pour le faire, on peut donc ramoner sa cheminée à n’importe quel mois de l’année. La loi exige le minimum d’un ramonage annuel. Le code général des collectivités territoriales dans son article  L 2213-26, confirme que « le maire prescrit que le ramonage cheminées des maisons doit être effectué au moins une fois par an ». Il est conseillé de le faire à la fin du printemps, car à cette saison, les ramoneurs sont moins débordés et votre cheminée aura la chance d’être traitée dans les plus brefs délais.

A lire aussi : 5 avantages d'une douche de salle de bain

Mais cette fréquence peut varier en fonction du type de la cheminée, des règlements spécifiques des municipalités, ainsi que selon l’exigence certains assureurs. Dans ces cas, la fréquence exigée est de deux fois par an.

À qui incombe le ramonage de cheminée ?

En principe, c’est l’occupant de la maison qui se charge de faire ramoner ses conduits d’évacuations des fumées de combustions. En cas de location du logement, il appartient au locataire de prendre en charge le ramonage de la cheminée, ainsi qu’à l’entretien annuel de la chaudière. Cette obligation est parmi  l’une des clauses du contrat de bail. Même en cas de déménagement, le locataire doit d’abord faire le ramonage avant de quitter définitivement les lieux. Il incombe au propriétaire de vérifier que le travail a été fait. En cas de copropriété, c’est le syndic qui doit engager un ramoneur pour exécuter le travail sur la partie commune de l’immeuble. Par contre, chaque occupant doit s’occuper de ses conduits individuels.

Sujet a lire : Régaler ses invités avec un buffet d’exception réalisé par un traiteur expérimenté basé à Paris

Qui appeler pour effectuer les travaux?

Le principe du ramonage est de faire disparaitre la suie sur les parois du conduit afin de réduire les risques d’incendie et d’intoxication au monoxyde de carbone. C’est un entretien important, car il en va de votre santé et de la sécurisation de votre intérieur. Raison pour laquelle le recours à un ramoneur comme https://www.petit-ramoneur-77.fr/ qui œuvre en Seine et Marne est le moyen le plus sur garantissant l’aboutissement de vos travaux.

En général, il y a deux types de ramonage : le ramonage chimique que l’on peut faire soit même, et le ramonage manuel qui nécessite l’intervention du ramoneur.

Pour l’un, il suffit de bruler des bûches ramoneuses dans la cheminée. Les produits chimiques qu’ils contiennent vont consumer la suie. Ainsi les conduits sont nettoyés. Mais elle ne garantit pas le même résultat qu’un travail de professionnel.

Pour l’autre, le ramoneur va faire passer un hérisson-ramonage manuel dans le conduit pour le nettoyer. Lorsque le travail est fait, il va vous fournir un certificat de ramonage.