Claro est poursuivi par le gouvernement pour publicité trompeuse avec la 5G | Télécommunications

La vente aux enchères 5G n’a pas encore eu lieu, mais les opérateurs sont allés de l’avant et ont lancé une « dégustation » de la technologie en partageant les fréquences des générations précédentes (5G DSS). La mesure n’a pas plaidé à l’organe du gouvernement fédéral, et des procédures administratives ont été engagées contre Claro, alléguant une propagande trompeuse.

A voir aussi : WhatsApp : la nouvelle politique de confidentialité sera facultative, à une exception près | Applications et logiciels

iPhone 12 Pro Max connecté au DSS 5G de Claro (Image : Paulo Higa/les site)

La poursuite contre Claro a été ouverte par le Secrétariat national des consommateurs (Senacon), un organisme lié au ministère de la Justice et de la Sécurité publique. C’est la même entité qui enquête sur l’utilisation abusive du terme 5G par les opérateurs téléphoniques au Brésil et qui a demandé des éclaircissements à TIM.

Cela peut vous intéresser : L’Atelier d’impression : le spécialiste de l’impression numérique en ligne dans Le Mans et en France

L’exploitant doit déposer une défense dans un délai de dix jours et, s’il est reconnu coupable, il peut être condamné à une amende allant jusqu’à 11 millions de R$. Dans une note à Télesynthesis, Claro informe qu’elle suit les nomenclatures définies au niveau international par 3GPP, l’organisme responsable de la normalisation des réseaux mobiles, et que le service a été lancé au Brésil en 2020 après approbation par Anatel.

La

technologie actuelle de Claro est la 5G DSS, qui utilise le partage de spectre dynamique avec d’autres technologies. Cela permet à l’opérateur de travailler avec la nouvelle technologie avant la vente aux enchères, en profitant des licences précédentes. Le problème est que les performances de ce format sont nettement inférieures à celles de la 5G « pure », qui a des fréquences uniques et qui ne deviendra réalité qu’après l’enchère d’Anatel.

Senacon soutient que le consommateur n’a pas la charge de rechercher, de comparer et de différencier les caractéristiques techniques de chacune des technologies de réseau déjà mises en œuvre ou qui seront mises en œuvre à l’avenir. L’organisme soutient que c’est le droit fondamental du client d’obtenir des informations adéquates, claires et sans ambiguïté sur les produits et services.

Vivo et TIM ont également adopté le DSS 5G, mais divulguent la technologie de façon plus discrète. Claro, quant à lui, réalise plusieurs campagnes publicitaires à la télévision, exaltant la nouvelle norme, mais met en lumière qu’il s’agit de la cinquième génération avec le partage de spectre, avec une capacité inférieure à la 5G dédiée.

Le gouvernement affirme que le DSS n’est pas 5G, mais les entités ne sont pas d’accord avec

les

campagnes 5G qui ont dérangé les membres du gouvernement fédéral. En mai 2021, Fábio Faria, ministre des Communications, a envoyé une lettre à Anatel et aux opérateurs téléphoniques leur demandant de retirer l’icône 5G des smartphones connectés au DSS 5G.

Le responsable du portefeuille des télécommunications affirme que l’utilisateur actuel du téléphone cellulaire « n’a pas accès à cette qualité fournie par la technologie 5G prévue dans l’avis, mais il a été surpris, sur l’écran de son téléphone, de son téléphone portable ou de sa tablette, avec l’indication qu’il est connecté à un 5 Réseau de type G ».

Faria a demandé que Standard no 16 du 3GPP, afin d’empêcher la population brésilienne d’être amenée à conclure que la cinquième génération a déjà été pleinement mise en œuvre au Brésil.

D’autre part, GSMA, une entité mondiale qui normalise les technologies mobiles, défend le DSS 5G. Le groupe affirme que le DSS 5G a été défini dans les versions 15 et 16 de 3GPP et peut être considéré comme une « première étape » pour la mise en œuvre de la cinquième génération avec des fréquences exclusives.

Il convient de rappeler que le DSS 5G n’existe pas seulement au Brésil, mais qu’il a également été adopté par plusieurs opérateurs dans des pays des Amériques, d’Europe et d’Asie.