Le Nigeria annonce le naira numérique d’État et lutte contre les cryptomonnaies | Finance

La Banque centrale du Nigeria (CBN) a publié lundi dernier (30) les premières lignes directrices pour créer une monnaie numérique d’État (CBDC) appelée e-naira. L’institution a envoyé un document décrivant ses fonctionnalités et sa structure opérationnelle pour les banques du pays. Le même jour, il a également été annoncé que le gouvernement s’est associé à Fintech Bitter Inc pour le développement de la monnaie.

A lire également : Europ-camera.fr, le spécialiste en matériels de vidéosurveillance à prix réduit

Drapeau du Nigeria (Image : Gerard Flores/Flickr)

Le lancement de la monnaie numérique nationale intervient à un moment où le gouvernement nigérian cherche à reprendre le contrôle monétaire sur la population du pays, qui adhère de plus en plus aux crypto-monnaies privées et aux pièces stables pour accéder aux biens et services internationaux. Le gouvernement a également imposé des restrictions à l’achat de dollars dans le pays, de sorte que l’utilisation de l’USDT et de l’USDC, adossée à la monnaie américaine, a grimpé en flèche au Nigeria.

A lire en complément : Comparatif des cardiofréquencemètres

La Colombie-Britannique du Nigeria publie des lignes directrices pour les CBDC

Selon le document, la CBDC nigériane s’appellera e-naira et sera liée à la valeur du naira physique. Votre prix sera donc stable, mais il ne sera pas une devise porteuse d’intérêt. L’idée est qu’il fonctionne aux côtés de la monnaie physique nationale, et que le CBN est responsable de son émission, de sa distribution et de son retrait, entre autres fonctions de surveillance et de gestion.

Comme le soulignent les lignes directrices soumises aux institutions bancaires nigérianes, la CBDC fonctionnera dans le cadre d’un cadre hiérarchique de lutte contre le blanchiment d’argent et recueillera des informations auprès de ses utilisateurs, puis offrira des limites de transaction différentes.

Les utilisateurs auront des limites de transaction différentes

Crypto-monnaies (Image : Stanislaw Zarychta/Unsplash)

Différentes couches d’exigences seront appliquées. Les citoyens sans compte bancaire, par exemple, devront fournir leurs numéros de téléphone liés à leur identité nationale pour vérification. Les utilisateurs de cette catégorie auront une limite de transactions quotidiennes de 50 000 nairas (environ 120$).

Les citoyens disposant d’un compte bancaire peuvent se situer aux deuxième et troisième niveaux. Ces deux divisions auront des limites quotidiennes de 200 000 naira (487$) et de 1 million de nairas (2 438$) respectivement. Les utilisateurs de troisième niveau devront probablement effectuer un processus de vérification physique en plus des exigences de confirmation des données bancaires stipulées pour le niveau deux.

Les utilisateurs classés comme marchands seront également inférieurs à la même limite de trois millions de naira, mais n’auront aucune restriction quant au montant qu’ils peuvent envoyer sur leurs comptes bancaires. À ce jour, CBN a l’intention d’assurer une structure zéro frais pour presque tous les types de transactions, principalement dans le but d’encourager l’utilisation de la monnaie numérique d’État.

Le document indique également que le naira électronique peut être intégré ultérieurement dans les systèmes de transactions.

o.

Nigeria et fintech se joignent à la création d’e-naira

En plus des directives e-naira, la Banque centrale du Nigeria a également publié un partenariat avec Bitter Inc, basée à la Barbade, pour le développement technique de CBDC nigériane. Le choix de la fintech s’est justifié par son expérience dans le développement de la monnaie numérique de la Banque centrale des Caraïbes orientales, DCash, lancée en avril.